Des repères chronologiques et quelques éclairages sur l'histoire de la ville de Fondettes

Un panorama des principaux sites, bâtiments,monuments et autres objets de notre patrimoine.


ligne horizontal
Cette année-là,
1735...
> en savoir plus

ligne horizontal
le mot en question
La "grange des dîmes"
> en savoir plus

ligne horizontal

La Fontaine du Bourg : une histoire encore à faire...

La Fontaine du bourg de Fondettes (pastel de Jean-Paul Pineau)La fontaine du bourg de Fondettes est un lieu important de l’histoire communale. Elle est peut-être à l’origine de l’implantation d’une communauté humaine à cet endroit, ainsi qu’à celle du nom de la ville ; même si, sur ce dernier point, les historiens sont divisés (et le resteront, je crois). Certains avancent en effet l’hypothèse que le nom de Fondettes est à mettre en rapport avec le latin fundus (domaine) ; d’autres y voient « un diminutif en -ette de fundus au sens de ʺlimite, point extrêmeʺ », précisant en outre que « les dérivés de fond du type Fondet ou Fondain désignent généralement des terrains creux ou la partie basse d’un domaine » ; d’autres encore proposent « un autre dérivé de fundus, l’ancien français fonde », qui désigne un « marché » ou un « entrepôt » ; quelques-uns enfin pensent que Fondettes proviendrait du bas latin fondetis  (petites sources). Pourtant tous s’accordent pour dire que l’origine du toponyme est obscure, notamment en raison de la rareté de celui-ci. Alors, faute de réponse convaincante de l’onomastique, j’opterai, pour ma part, pour une hypothèse affective (peu recevable, j’en conviens, par les scientifiques), et choisirai la dernière des propositions. Car j’aimerais croire que le nom de Fondettes, mon village natal, est attaché à celui de cette source du bourg et de ses bassins attenants qui occupent encore une large part de mes souvenirs d’enfant.
La source qui alimente cette fontaine remplissait, à la fin du 19e siècle et au début du 20e, deux grands bassins. L’un d’eux, le plus ancien, et qui dans les siècles précédents occupait peut-être l’ensemble de l’espace, a aujourd’hui disparu pour laisser place à un parking. A l’époque des rois, les habitants venaient y rouir le chanvre, ce qui provoquait des pollutions et était cause de conflits entre les habitants du bourg et ceux de la campagne environnante. Dans le bassin qui demeure aujourd’hui, nos grands-mères venaient jadis faire leur lessive, comme en attestent certaines cartes postales anciennes. Preuve que ce point d’eau était d’une importance capitale, notamment pour les villageois du 16e, 17e et 18e siècles, les actes d’assemblées paroissiales de cette époque sont remplis d’allusions à la fontaine du bourg et aux travaux de réparation qu’il convenait d’y faire régulièrement. Une étude approfondie de ces documents permettrait d’en connaître davantage encore sur ce lieu essentiel à la vie de nos ancêtres fondettois.

J.P. Pineau