Eugène Gouin

Eugène Goüin est né à Saint-Symphorien, le 18 septembre 1818, dans la demeure familiale des Douets, une maison aujourd’hui  disparue. Assez naturellement, il fait carrière dans la banque Goüin frères, dont il devient directeur en 1843. Ses affaires le retiennent très souvent à Paris, où il côtoie le monde des affaires, de la haute finance et de la politique.

Il se marie en 1842 à Louise Christin qui lui donnera quatre enfants. Les époux se partagent entre leurs diverses résidences de Paris, de l’hôtel Goüin à Tours, et de la Plaine à Fondettes qui n’est pas encore le château que nous connaissons aujourd’hui, mais une charmante closerie du 18 siècle. Le château de la Plaine, actuel lycée agricole, a été construit après l’incendie, en 1871, à la place du bâtiment précédent.

Lors de mandat de maire de Tours, Eugène Goüin aura à gérer l’occupation prussienne de 1870.. Sa témérité et des talents de  négociateur lui permettent d’obtenir, des chefs ennemis, d’abord l’arrêt des bombardements sur la ville, puis la réduction de la rançon de guerre.

Après la guerre, il s’oriente vers une carrière parlementaire, élu d’abord député de ’Assemblée nationale, puis sénateur inamovible en 1875.

Il devient maire de Fondettes en 1884. II faudra faire des recherches sur son action municipale dans notre ville.

Eugène Goüin meurt à Paris le 31 mai 1909. Le journal « le Figaro » dresse de lui ce portrait laconique : « Conservateur libéral. Banquier, parle bien de finances, Taille élégante, visage à favoris, l’air d’un diplomate légèrement démocratisé. »