Baptisé un jour qui n’existe pas.

Baptisé un jour qui n’existe pas.

Le calendrier julien avait été adopté par Jules César en 45 avant J.-C. Il prit le nom de « julien » peu après la mort de l’empereur pour lui rendre hommage, et le mois romain de Quinctilis fut à cette occasion transformé en julius, devenu « juillet » en français moderne. Ce calendrier resta en vigueur pendant plus de seize siècles, jusqu’en 1582, époque des guerres de Religion en France. Le calendrier julien, en raison d’une erreur de calcul initial, était en décalage de plus en plus important avec le temps réel (8 jours par millénaire). Il devenait alors très difficile de déterminer le jour de Pâques, fixé d’après la première lune du printemps.
Grégoire XIII, pape de 1572 à 1585, décida donc d’adopter un nouveau calendrier (qui prendra son nom), et de passer du jeudi 4 octobre 1582 du calendrier julien au vendredi 15 octobre 1582 du calendrier grégorien, afin de rattraper le retard de 10 jours pris par rapport au soleil.
Ce changement fut difficile à assimiler par les hommes du temps. Montaigne lui-même, homme érudit, avoue, dans ses « Essais », avoir rencontré des difficultés pour déterminer son âge exact. Il n’est donc pas étonnant que la réforme ait été un peu compliquée à mettre en œuvre notamment pour l’enregistrement des actes de baptêmes par les curés et vicaires de village dont l’instruction laissait encore à désirer.

À Fondettes, le tâtonnement se lit dans le registre paroissial. Le vicaire enregistre le baptême de Jacques, fils d’Étienne Besnier et de Françoise Veau, le dimanche 14 octobre 1582. Or, ce jour n’existe pas puisque les dates du 5 au 14 octobre ont été supprimées par la réforme calendaire.
Le prêtre a donc continué d’utiliser le calendrier julien. La date correspondante du calendrier grégorien aurait dû être le dimanche 24 octobre 1582, jour où la cérémonie de baptême a « légalement » eu lieu dans l’église. Et les erreurs subsistent jusqu’à la fin de l’année 1582. Ce n’est qu’en janvier 1583, que le calendrier grégorien est enfin adopté à Fondettes pour l’enregistrement des actes de baptême.

Notre prochain rendez-vous

Notre prochain rendez-vous

Il semble que nous puissions commencer à envisager la reprise de nos activités :

Le prochain rendez-vous est programmé le dimanche 30 mai 2021 à 17h00. Il s’agit de la conférence prévue déjà l’an dernier sur l’histoire de l’abbaye de Vallières. Elle sera présentée par Mathilde Colin, habitante des lieux et Jean-Paul Pineau.

Nous communiquerons ultérierement sur le lieu de la conférence et sur les modalités à respecter en raison de l’épidémie de Covid 19.

Nous serons heureux de pouvoir enfin vous retrouver.

Fondettes dans la Grande Guerre, un livre pour la mémoire

Fondettes dans la Grande Guerre, un livre pour la mémoire

Pendant plus de quatre ans, Jean-Paul Pineau, président de Fundeta, a consulté des centaines de documents d’époque (délibérations du conseil municipal, décisions préfectorales, presse locale, actes d’état civil, fiches militaires, journaux de marche et des opérations des unités, histoire des régiments engagés…), interrogé les familles de poilus, recueilli de nombreux courriers et de nombreuses photos, etc., pour tenter de reconstituer l’histoire des poilus de Fondettes mobilisés ainsi que la vie quotidienne des villageois pendant ces années terribles. Ce travail a abouti à ce livre qui analyse trois périodes : avant le conflit : c’est le contexte ; pendant les années de guerre : ce sont les circonstances ; et après l’armistice : ce sont les conséquences.

Le livre est aussi un livre de mémoire qui retrace les biographies des soldats du village « morts pour la France ».

« Fondettes dans la Grande Guerre », de Jean-Paul Pineau, 176 pages illustrées, 23 €.


 

En vente :

– au Point culturel du Centre Leclerc de Fondettes (4 avenue Jean-Jaurès) ;

– à la Maison de la Presse « Le Lycée », de Fondettes (44 rue Jean-Inglessi) ;

– au siège de l’association Fundeta (1 av. du Général de Gaulle, à Fondettes), le lundi de 10h à 12h.

Et par courrier :

– auprès de : Aristide éditions – 38 rue de la République – 37230 Fondettes
Commande sur papier libre, accompagnée d’un chèque à l’ordre de Aristide éditions (23 € + 3 € frais envoi), soit 26 €.